Vieux métiers

Certains métiers sont appelés par leur nom français : maréchal ferrant, boulanger, menuisier, tisserand, forgeron, etc.
Ceux qui suivent sont plus particuliers :

Baile :

Il y a deux bailes à Soulan : celui du seigneur de Soulan, qui est une sorte de régisseur du domaine et le représentant local du seigneur, et celui du syndic, qui est un homme à tout faire. La maison du baile du seigneur tient lieu de prison, en cas de besoin.

Bordier :

Exploitant (et souvent habitant) un bourdou c'est-à-dire une grange. Ce terme désigne parfois un métayer (la grange désignant aussi le pré qui l'entoure), mais le plus souvent un fils non encore émancipé et exploitant une partie des terres de son père. Les étages des granges sont aménagés pour servir de logement occasionnel pendant la saison des labours ; il leur arrive de servir de logement tout court, notamment en période de surpopulation ou en attendant qu'une nouvelle maison soit construite.

Brassier :

Ouvrier n'ayant que ses bras pour gagner sa vie. La plupart des paysans d'Ancien Régime sont appelés brassiers parce qu'ils n'ont qu'une concession sur leurs terres et leur maison, lesquelles appartiennent de droit au seigneur ; l'appellation a survécu aux nombreuses modifications qu'a connues le droit après le premier Moyen Âge.

Cabaretier :

Métier qui apparaît dans les archives de Soulan dans le premier tiers du XIXe siècle. Avant cette date, ce n'est qu'un métier d'appoint des voituriers. La vigne est cultivée en plusieurs endroits, tels le Vignau d'Erp et le Vignau d'Aleu.

Cardeur :

Cardeur de laine.

Chirurgien :

Les chirurgiens d'Ancien Régime sont également coiffeurs (la déclaration royale du 23 avril 1731 séparant les deux corps ne concerne que la région parisienne). Celui de Soulan habite Le Pont, il est conventionné par le syndic communal qui lui verse 100 livres de gages par an, en plus de ce que lui rapporte son commerce. Il vend également des médicaments.
Il n'y a pas de médecin à Soulan : pour en consulter un (également conventionné par le syndic), il faut aller à Seix.

Cloutier :

Marchand de clous. Il n'y a ni mine de fer, ni four à fer, ni fouet à clous à Soulan, qui doit compter sur les ateliers d'Alos, Massat, Aulus et Lacourt. Le chevillage de bois, très employé pour la confection des charpentes, des huisseries, des outils agraires et des meubles, limite le besoin en clous à la fixation des ferrures.

Colporteur :

Marchand ambulant. Un édit royal de 1723 exige que les colporteurs sachent lire et écrire, qu'ils soient inscrits sur un registre de la généralité du lieu, et qu'ils portent une plaque distinctive ; mais la plupart des colporteurs de Soulan, aussi analphabètes que peu enclins à payer les taxes liées à leur profession, sont inscrits comme « trafiquants » dans les actes notariés et paroissiaux.

Consul :

Membre du syndic communal. Ce n'est pas un métier, bien que ce soit souvent cité comme occupation principale pendant l'année d'exercice de la fonction. Le syndic compte trois consuls et un président, tous nommés pour un an.

Fournier :

A Soulan, il s'agit d'un fabricant de charbon de bois.

Journalier :

Ouvrier employé à la journée. A Soulan, les emplois journaliers sont agricoles.

Laboureur :

Paysan possédant en propre des moyens de labour (araire, charrue, animaux de trait, etc.).

Ménager,
ménagère :

Personne travaillant au profit d'un ménage, d'une maison. Surtout employé au féminin, ce terme désigne souvent les célibataires vivant chez leurs parents ou leurs frères. Parfois, il qualifie les épouses.

Oussaillé :

Montreur d'ours. Comme il n'y a pas de forêts assez vastes pour des ours aux alentours de Soulan, les montreurs d'ours viennent essentiellement d'Ercé ou du Port et ne sont que de passage.

Pâtre :
(ou pastré ou pasteur)

Berger. Au XVIIIe siècle, la population et les troupeaux augmentant au delà de ce que les prés de la commune peuvent nourrir, les pâtres, après avoir rassemblé les bêtes d'une demi-douzaine de familles, partent dans les estives louées par le syndic dans la montagne d'Ustou, à quatre jours de marche de Soulan (à vitesse de bête). Sur place, ils s'occupent de la traite, et de la confection du fromage qu'ils distribuent aux propriétaires des bêtes au prorata des têtes (souvent, les propriétaires se groupent de manière à confier le même nombre de bêtes au berger). Le pâtre lui-même garde le petit lait et vend la brousse qu'il en tire. La pérennité de son métier d'une année à l'autre est garantie par son habileté à dresser et soigner ses précieux chiens.

Pailler :

Couvreur, à l'époque des toits de chaume.

Peigneur :

Peigneur de lin ou de laine, parfois précisé : « peigneur de laine ».

Processeur :

Terme employé pendant une très courte période au XIXe siècle, manifestement par le fait d'un officier communal d'Aleu qui s'en est entiché. Accolé à un complément, il doit signifier « fabricant » (sous toute réserve) : processeur de maison, processeur de charpente.

Syndic :

Président du syndic communal.

Tailleur :

Les tailleurs de Soulan descendent de familles de tisserands : il s'agit de tailleurs d'habits, et non de tailleurs de pierres. Ce métier n'exigeait pas d'échoppe : le tailleur d'habits se rendait chez ses clients et confectionnait les habits pour plusieurs membres d'une même famille, souvent.

Tisserand :

A Soulan, les tisserands utilisent comme matière première la laine des ovins et le lin cultivé, teillé et roui sur place. Au XIXe siècle, les hameaux autour de Parès vivent essentiellement de la culture du lin jusqu'à l'effondrement des cours après la guerre de 1914-1918.

Trafiquant :

Marchand ambulant ne portant pas de plaque de colporteur.

Valet :

Traduction française (impropre mais employée dans quelques actes) de « baile ».

Voiturier :

Propriétaire d'une carriole, qui vit de sa location ou du transport de marchandises. Sous l'Ancien Régime, le voiturier couseranais tient souvent cabaret, afin de rentabiliser sa carriole, utilisée pour le transport des tonneaux. Déclaré voiturier et non pas cabaretier, il ne paye pas la patente de ce dernier.

 Revenir à la page précédente : top02_yellow.gif