Les différents pouvoirs séculiers

[Haut de page] [Formes du droit] [Pouvoirs royaux] [Pouvoirs seigneuriaux] [Liste d'appel 1699]

Thoras est actuellement une commune du département de la Haute-Loire, dans le canton de Saugues et l'arrondissement du Puy-en-Velay. Sous l'ancien régime, elle a été seigneurie, puis baronnie de Gévaudan.

Formes du droit et rôle des notaires

Dans les fiefs du Nord du Gévaudan, relevant de la dynastie des Mercœur, le droit écrit prime, suivant les ordonnances de Saint-Louis puis de Philippe Le Bel confirmées par lettre royale en août 1314.

De ce fait, Thoras a une longue tradition d'implantation notariale dont les traces remontent au XIVe siècle. Le notaire semble cumuler sa charge avec celle de la direction de la cour de justice jusqu'au XVe siècle, époque à laquelle apparaissent les baillis chargés de la justice basse, que nous verrons plus loin. Le notaire se cantonne ensuite au rôle de greffier.

L'isolement géographique, le quasi monopole de l'écriture laïque et du savoir juridique, la maîtrise des particularités et des traditions locales s'allient au souci de conserver et de transmettre les sources de revenus pour conférer à cette charge notariale une nette tendance à être héréditaire.

[Haut de page] [Formes du droit] [Pouvoirs royaux] [Pouvoirs seigneuriaux] [Liste d'appel 1699]

 Pouvoirs royaux

Depuis 1558 (date de la dissolution du baillage du Velay, auquel la famille des marquis de Chanaleilles avait fourni plusieurs baillis), la seigneurie de Thoras relève de la généralité de Montpellier, de la sénéchaussée et du baillage de Gévaudan :

Lors de la Révolution de 1789, la sénéchaussée et le baillage sont dissous, et tout le canton de Saugues est incorporé au nouveau département de la Haute-Loire, le reste du Gévaudan formant la Lozère (à laquelle les cantons de Meyrueis et Villefort sont joints).

[Haut de page] [Formes du droit] [Pouvoirs royaux] [Pouvoirs seigneuriaux] [Liste d'appel 1699]

 Pouvoirs seigneuriaux

L'histoire de la seigneurie de Thoras (ou Thourax comme on l'écrit à l'époque) remonte au XIIe siècle, où elle est fief de la famille Douchans. Elle entre tôt dans les querelles que se livrent trois des huit grandes baronnies du Gévaudan, à savoir celles des barons de Mercœur, de Peyre et d'Apchier.

Les Douchans tirent leur nom du château de Douchas, situé à quatre kilomètres au sud de Monistrol d'Allier, château dont ils assurent la garde pour le baron de Montlaur. Ils possèdent également Thoras, Monistrol, Vabres, Montauroux et Le Chambon.
Vaincus au début du XIII
e siècle, les Douchans rendent hommage aux seigneurs de Mercœur en 1239. Leur dernier descendant, Pons Douchanet, sans postérité, transmet en 1281 ses droits sur les terres et le château de Thoras à son cousin Bérenger Astorg baron de Peyre, et à son frère Aldebert de Peyre chanoine à Mende, en indivision pour deux tiers et un tiers respectivement. Les Peyre élèvent Thoras au rang de baronnie, tout en restant sous suzeraineté des Mercœur. Ce sont eux qui construisent l'essentiel du château que l'on voit aujourd'hui. Ils avaient aboli le servage sur leurs terres dès 1261.

Thoras vu de près. On distingue clairement l'ancien château des barons de Thoras et le clocher de l'église Saint-Jean-Baptiste.
La première rangée de maisons autour du château était initialement entourée d'un mur, et le château lui-même ne comptait qu'une seule tour au milieu de la façade.
(septembre 2002)

Pendant la guerre de Cent Ans, une bande de routiers prend le château vers 1360, profitant de la présence d'un grenier bâti à proximité et qui gêne la défense. Une fois la place reprise, le seigneur de Peyre obtient la démolition du grenier, qui appartient au prieuré de Chanteuges. On considère que le Gévaudan n'est définitivement pacifié qu'en 1483, à la fin du règne de Louis XI.

Il est probable que la baronnie a été atteinte par la famine de 1482, puis par les épidémies de peste de 1521, 1537 et 1578, mais les archives font défaut.

Aldebert de Peyre, dernier descendant direct des Peyre, coseigneur de Marchastel et Thoras, n'a qu'une fille de son premier mariage avec Marguerite de Calvisson-Louet ; le 4 janvier 1532, il désigne son neveu Antoine de Cardaillac comme héritier des baronnies de Peyre, Marchastel, Thoras, La Baume et Tretz. Le nouveau seigneur adhère au protestantisme dès le début de la réforme, reniant le catholicisme auquel les Peyre étaient restés très attachés ; ce faisant, il désigne Thoras comme cible aux troupes du parti papiste.

En 1575, pendant les cinquièmes guerres de religion, le capitaine Penchault prend et brûle le fort de Thoras. Les Peyre-Cardaillac ne s'en remettent pas, et aliènent pour partie leurs biens à leurs rivaux, les barons d'Apchier. En 1581, Jean d'Apchier acquiert ainsi un tiers de la baronnie de Thoras pour 24 000 livres. Son fils Philibert d'Apchier acquiert les deux tiers restants en 1589. Les nouveaux maîtres des lieux rajoutent deux tours et des échauguettes au château, relèvent l'enceinte du village et la dotent d'une porte.

La branche aînée de Philibert d'Apchier s'éteint cependant avec lui, et après sa mort son cadet Jacques d'Apchier puis le fils de ce dernier, Christophe d'Apchier, disputent la seigneurie à Gabrielle de Foix dame de Merdogne, belle-sœur de Christophe. En 1633, ce Christophe d'Apchier siège encore au château. Par son mariage avec Marie de La Rochefoucauld, il devient également seigneur de La Clauze, qui est un château sis sur la commune de Grèzes qui jouxte Thoras au nord et qui est plus important que celui des Peyre. Le baron de Thoras s'y installe vers 1638. C'est pourquoi il est appelé « le seigneur de La Clauze » dans les archives de Thoras.

Les restes du château de La Clauze, au nord de Thoras : un donjon octogonal du XIIe siècle encore debout, les bases des murs et des tours d'angle, également du XIIe siècle, un corps de logis restauré et encore habité (il s'agit de l'ancienne maison dite de l'instruction, qui abritait l'intendance du château).

Au fil des siècles, La Clauze a été le fief des Ithier, des Léotoing, des Espinchal, des La Rochefoucauld et des La Tour d'Auvergne.

Le règne de Christophe d'Apchier puis celui de son fils Henri Louis d'Apchier couvrent la période qui nous intéresse. Ils prennent fin en 1711, à la mort sans postérité de Henri Louis : par donation, tous ses biens passent à son neveu Jean-Maurice de La Tour d'Auvergne. Avant cela, en 1680, Henri Louis d'Apchier seigneur et baron de Thoras, et son frère Jean seigneur de Thoras, avaient trouvé le temps de lever une troupe, d'attaquer le château du Chayla (aujourd'hui : Le Chayla d'Ance), de l'incendier avec toutes ses archives et son mobilier, et d'y occire le chevalier du Chayla et le sieur de Villaret... furieux qu'ils étaient d'avoir été frustrés d'un héritage convoité par le mariage de leur sœur avec Balthazar de Langlade, héritier du Chayla et de Chanaleilles (où se trouve Villaret).

Les seigneuries locales (Thoras, Chanaleilles, Mercœur, Pinols) maintiennent leurs droits sur des forêts, exploitées pour le bois de chauffe, de construction, pour la saboterie et, parfois, pour l'industrie des planches et des bordés de navires quand les essences de bois et le réseau routier s'y prêtent. Sur Thoras, la forêt seigneuriale est le bois du Devez, d'une contenance d'une centaine d'hectares de hêtre, et propriété des seigneurs de La Clauze au XVIIe siècle. Il est situé tout au sud de l'actuelle commune, entre le hameau de Montclaux et le sommet du Devez (1301 m.).
Les seigneurs gardent également quelques biens fonciers agricoles qu'ils mettent en fermage ou en métayage, souvent par fractions en les affermant séparément.

En plus de leurs propriétés, les seigneurs perçoivent des redevances sur les moulins de la baronnie, ainsi que diverses taxes (le cens, le lods, le droit de bail pour les marchés, etc.) dont on trouve trace dans les actes notariés lors des héritages et des ventes de parcelles entre paysans.

Enfin, le baron de Thoras a droit de justice basse, c'est-à-dire qu'il a délégation pour traiter les différends relatifs aux droits de pacage, au respect des droits fonciers et successoraux, et à l'observance des coutumes. Pour rendre les arbitrages entre ses administrés, il dispose d'une cour de justice, dont les statuts n'ont malheureusement pas été conservés mais qui compte un bailli (officier de robe chargé de rendre la justice basse), un greffier (habituellement pris parmi les clercs des notaires) et un certain nombre d'habitants de la baronnie, hommes et femmes, dont le mode de sélection n'a pu être retrouvé (tirage au sort, tirage sur proposition, etc.). Les archives de cette cour montrent que le nombre d'affaires à traiter est modeste et de faible ampleur (contestation de droits de pacage, d'usage de jachères par un voisin, de coupe de bois, retards de règlement d'hoirie ou de dot).

Enfin, les huit barons du Gévaudan participent de droit à la réunion annuelle des Etats du Gévaudan, où l'impôt est réparti entre leurs fiefs.


Douchans


Peyre


Cardaillac


Apchier

Les blasons des quatre familles seigneuriales de Thoras, dans l'ordre où elles se sont succédées.
Les Douchans jouaient sur leur nom et se faisaient appeler « Deux-Chiens » ce qui figure sur leurs armes.

[Haut de page] [Formes du droit] [Pouvoirs royaux] [Pouvoirs seigneuriaux] [Liste d'appel 1699]

 Liste d'appel de la cour de justice de la baronnie de Thoras pour l'année 1699

Cette liste est donnée à titre d'illustration de ce qui précède. Les éléments entre crochets (exemple: Jean [Cret ?] ) restent sujets à caution parce que mal déchiffrables. La liste était préparée et calligraphiée avant la tenue de l'assise. La lettre « p » qui suit les patronymes signifie manifestement « présent » ; inversement, il se peut que la lettre « d » signifie « défaut » (absent). mais ce « d » est seul employé sur les listes antérieures, et parfois il couvre toute la liste bien qu'il semble improbable que toute. la population ait été absente. Le « h » qui précède certains noms en tête de liste signifie probablement « honorable » ou « honnête » (ce terme désignant les personnes apparentées à une famille noble). De même, « M » signifie probablement « Monsieur » devant un nom, et « Me » qui figure à deux endroits a peut-être la même signification à moins qu'il ne s'agisse de « Maître » pour un maître boulanger ou un maître tisserand.
Certains noms sont biffés sur l'original : ils ont été reproduits tels quels. Ces ratures n'ont pas d'explication connue.

On notera qu'il y a dix-huit femmes appelées, et cent-trente-neuf hommes. Il est probable que les femmes sont veuves d'anciens membres de la cour. On notera également que la cour de justice couvrait plusieurs villages qui appartiennent aujourd'hui à des communes voisines : Le Pin, La Clauze, Saint Symphorien, etc.

Il existe des listes analogues (fort mal calligraphiées et difficiles à exploiter) pour 1632, 1633, 1641, 1642, 1643 et 1644 dans les archives de la cour de justice de la baronnie. Elles sont beaucoup plus courtes que celle de 1699 mais il serait hasardeux d'en tirer des conclusions quant à la démographie : l'étendue de la juridiction a varié au cours des ans, et le mode de désignation des emphytéotes a également pu être modifié. Le très faible nombre d'emphytéotes représentant le chef-lieu dans la liste ci-dessous est révélateur de disparités dans les désignations : il n'y a que cinq noms à Thoras, qui compte une vingtaine de maisons, alors qu'il y en a quatre à Védrines qui n'en compte qu'une demi-douzaine.

Le terme d'emphytéote employé pour désigner les personnes appelées signifie que leur mandat était attribué pour une très longue période – probablement à vie puisque mêmes les personnes récemment décédées figurent sur la liste qui avait été préparée.

 

A comparu Hilaire Rouge bailli substitut de la cour qui a requis lecture lui être faite des dites ordonnances et être enjoint aux emphytéotes de les observer aux peines encourues, ensuite les emphytéotes appelés et acte octroyé aux présents et défaut contre les non-comparants à tel profit et que de raison, sur quoi nous avons donné acte aux sieurs présents d'office des réquisitions suivant lesquelles ordonnons que lecture sera faite desdites ordonnances, à quoi il a été satisfait par notre greffe et enjoint aux susdits emphytéotes de les observer et entretenir sous peines et convenues lesquelles seront enregistrées après l'assise et seront appelés les emphytéotes suivant la coutume.

 

 

La Clauze
h. Gaspard Bonhomme, p.
h. Benoît Chassefeyre, p.
h. Pierre Montavid, p.
Françoise Pajo veuve, d.
h. Claude Chabanel, d.
Jean Barrandon, d.
h. Antoine Bouchet, d.
Jean Abourieu, p.
Jean Abellan vieux, p.
Jean Abellan jeune, d.
Jean Roumeyre, p.
Marguerite Couston, d.
François Sabatier, p.
Jean Sabatier jeune, p.
h. Jean Blanc, d.
Antoine Montavid, d.
h. Vidal Pastre quest., p.
Jean Nozier
Jeanne Joubert, d.
Jean Merlé, p.
Gaspard Pastre, d.
Pierre [Spalhon ?], p.
Jean Sabatier, p.
Jean Archer, p.
Étienne Cubizolles, p.
Jean Cubizolles, p.
Joseph Blancon d.
autre Jean Roumeyre, p.

La Teisseire
Joseph Recollin, excusé
Vidal Poulalhon, p.
Jean Auriac, p.
Antoine Raoul, excusé
Laurent Laurens, décédé
André Biscarrat, p.
Antoine Laurens, p.
Jean Blanc, excusé
Charles Dentil, p.
Jean Pigniol, excusé
Jacques Blanignac, d.
Jean Louet, p.
Marguerite Nebout, d.
Jean Recollin pour Pierre Pagès, excusé
Joseph Charrade, d.

Vialle Vieux
h. Jean Nebout, excusé
h. Claude Roche, d.

Le Cros
Claude Pastré, p.
Antoine Vidal, p.
Sebastien Chardon, d.
Jacques Chassefeyre, p.
Pierre Roussel, p.
Antoine Donrezon
Jean Rouland, p.
Jacques Nauton, p.
Jean Tersol fils à Médard, p.
Jacques Paulet, d.
Anne Mialanes, excusée
Joseph [Bataillet ?], p.
M
e Jean Vernet, p.
M
e Antoine Gisquet, p.
Blaise Ittier père, p.
Pierre Crouzet d.
Jean Hermet du moulin de Pierre, p.
Dimanche Tersol, p.
Jean Ribeire, p.

Les Salettes
M. des Salettes, d.
Jean Ribeire, p.
Claude Sciau, p.
Jean Vignial, p.
Pierre Alle, d.
h. Jean Gay de Saugues
Jeanne Compte, d.
Médard Peironnet, d.

Dounhac
Jean Eschaubard, p.
Jacques Bourrel, p.
Marguerite [trante ?], d.
Vidal Blanc, p.
h. M. Jean Palloquin, d.
Joseph Bonhomme, d.
h. Dejean Enjelvin, d.
Pierre [Sarmat ?], p.

Salles Jeunes
Antoine Chateauneuf, d.
Jean [Cret ?], d.
Pierre Armand, d.
[Martin ?] Mesnier du moulin de Croisances, d.
Jean Alle, d.
Jean Roux, d.
Vidal Tersol, d.
Vidal Martin, d.
Vidal Nauton, d.
M. Ducros, d.
Louise Bonhomme, d.
Jean Ceddat, d.

La Ranatte
Guilhem Rouch, p.

Védrines
Pierre Ariom, d.
Jean Ariom, d.
François Chazot, d.
Jean Bonhomme, d.

Le Pin
Jean Béraud, p.
Joseph Chassefeyre, d.
[Pe ?] Jean Nauton
Jean Chaleil, p.
[Pe ?] Vidal Brunel
Jean Chassefeyre, p.
h. Étienne Roche
Marie veuve d'Antoine Dental, d.
Jeanne Nauton veuve d'Antoine Gourdouze, p.
Isabeau Pascon, p.
Jeanne Vidal, p.
h. Jean Chaunet, p.
Pierre Michel, p. 

Thoras
h. Michel Blanc, p.
Pierre Gibert, d.
Jean Bonnet rictom, p.
Jean Bonnet lardat, p.
Martin Gouny, d.

Tailhères
Jean Châteauneuf, p.
Jean Pagès, d.

Donaldès
Jean Pagès, p.
Jacques Ittier, p.
Jean Bonat, p.
Jean Pontieu, p.
Claude Reimondon, d.
Michel Enjelvin, d.
Jean Villedieu, p.
Pierre Duran, p.
Pierre Bonhomme, d.
Pierre Mazaudier, d.
Catherine Mazaudier, p.
Pierre Bohomme, p.
Catherine Gailhard veuve d'Antoine
Enjelvin, d.
Jacques Brunel, d.
Pierre Nauton, p.
Antoine Compte, p.
Vidal La Roche, p.
Barthélemy Compte, p.
Antoinette Ajasse, p.
Pierre [Gouny ?] p.
Antoine Durand, d.

La Baracque
h. Claude Esbrayat, p.
Pierre Bouschet, d.

Le Moulin de Fortune
Jean Martin, p.

Saint Simphorien
Pierre Dance, d.
Vidal Braye, d.
Moulin Paye
Étienne Catabars
François Barrande vacant décédé

Les Salelles
Pierre Garnier, d.
Jeanne Martin veuve de Pierre Braye, d.
Jeanne Mallet, d.
Jean Guelfieu, d.
Jean Chaurac, d.
Antoine Bonhomme, d.
Pierre Brunel, d.
Jean Donné, d.

La Penide
Louis Bertrand, décédé
h. de Mathieu Laffont, décédé

Praisse, Madrières,
Le Villaret d'Apcher, Ancepont
François Sabadel, d. pour Claude de La Tour
Vidal Brunel, d.

 

[Haut de page] [Formes du droit] [Pouvoirs royaux] [Pouvoirs seigneuriaux] [Liste d'appel 1699]

 

 © Christophe Chazot 2003
 Revenir à la page précédente : top02_yellow.gif